PURETÉ DES INGRÉDIENTS ET TESTS

Le problème des liposomes liquides (qu’ils soient injectables ou administrés par voie orale) est qu’ils se dégradent assez rapidement et ont une demi-vie courte. Ils sont également plus susceptibles de se dégrader dans l’estomac. Cela ne veut pas dire qu’ils sont inefficaces, mais moins stables.  Les liposomes liquides ont tendance à présenter une faible solubilité et parfois une fuite des molécules encapsulées.

Des méthodes novatrices ont été inventées pour résoudre ces problèmes, et parmi celles-ci, les proliposomes sont les plus prometteurs. Le développement de ces liposomes secs a commencé dans les années 1980 pour une utilisation dans le secteur pharmaceutique.

Les liposomes LipoCellTech® sont en fait des proliposomes

La stabilité des prolipsomes est bien supérieure à celle des liposomes liquides ordinaires.  Il s’agit d’un matériau granulaire sec et fluide (poudre), qui forme immédiatement une dispersion liposomale au contact de l’eau ou d’un fluide biologique dans l’organisme.  Lorsque les poudres sèches sont hydratées avec de l’eau ou des liquides organiques, puis mélangées doucement (comme dans l’estomac), le contenu se disperse rapidement pour donner une suspension liposomale dans la solution aqueuse.  En fait, LES LIPOSOMES FORMÉS LORS DE LA RECONSTITUTION SONT SIMILAIRES AUX LIPOSOMES CONVENTIONNELS ET DE TAILLE PLUS UNIFORME.

En résumé, les liposomes séchés (proliposomes) sont plus stables et ont donc une demi-vie plus longue. Ils ne se décomposent qu’au moment de l’absorption dans l’estomac, ce qui permet à une plus grande partie des ingrédients contenus dans les liposomes d’atteindre les cellules. 1,2

Photo d’un seul liposome LipoCellTech™ Multi en poudre après contact avec des fluides corporels. Les phospholipides sont à l’extérieur et les ingrédients au milieu. Grossi 30 000 fois en utilisant un microscope électronique.

ÉTUDES SUR LES PRODUITS LIPOSOMAUX

De nombreuses études existent sur l’efficacité du système d’administration liposomal, qu’il soit liquide ou sec. Pour l’instant, cela n’est pas remis en question.  L’utilisation de liposomes pour les compléments alimentaires est plus récente et certaines études ont montré qu’il s’agissait d’un système de distribution efficace pour les vitamines et autres compléments.

Étude avec la vitamine B 12 en poudre de LipoCellTech®

Une étude croisée à dose unique a été menée sur six sujets humains avec des doses équivalentes de deux formes de dosage de la vitamine B12 – un liquide liposomal standard et une capsule remplie de poudre liposomale (utilisant la technologie LipoCellTech®). Chaque sujet a reçu 3 mg de LipoCellTech® dans une forme de dosage, suivi d’une période d’élimination de 14 jours, puis d’un dosage avec l’autre forme de dosage.

Tous les sujets (à une exception près) ont présenté une augmentation par rapport à la ligne de base à un ou plusieurs points temporels sur 135 minutes. Le taux de sérum B12 a été multiplié par six en moyenne après la prise de la capsule liposomale LipoCellTech®, ce qui est nettement supérieur à celui du liquide liposomal traditionnel si l’on compare le pic le plus élevé du taux de sérum B12 de chaque sujet.

Étude sur la vitamine D

 

L’effet d’une préparation liposomale de cholécalciférol sur 25(OH)* (niveaux de vitamine D – Une étude comparative ouverte)

* 25 OH signifie : votre organisme convertit la vitamine D en une substance chimique appelée 25-hydroxyvitamine D, également appelée calcidiol. Le test de 25-hydroxy vitamine D est le meilleur moyen de surveiller les niveaux de vitamine D. La quantité de 25-hydroxyvitamine D dans votre sang est une bonne indication de la quantité de vitamine D présente dans votre organisme.

Résumé : Quinze participants en bonne santé ont subi un test de base de la 25(OH) vitamine D, suivi d’une supplémentation avec un produit liposomal contenant 125 mcg (5 000 UI) de vitamine D et 400 mcg de vitamine K (sous forme de MK7) par jour pendant 30 jours. Les participants à cette étude ont connu une augmentation moyenne du taux sérique de 25(OH) vitamine D de 73 % par rapport au niveau de base. (Fig. 1) À titre de comparaison, l’augmentation moyenne de la 25(OH) vitamine D avec la supplémentation d’une préparation non liposomale pendant 30 jours à ce dosage est de 16 %.

Les personnes qui ont commencé l’étude avec un niveau de 25(OH) vitamine D dans la plage « insuffisante » (inférieure à 30 ng/mL) ont eu une réponse encore plus importante, avec une augmentation moyenne de 112 %. (Fig. 2)

Conclusion : une supplémentation avec un produit de vitamine D liposomale pendant 30 jours a entraîné une

augmentation bien plus importante du taux sérique de 25(OH) vitamine D que les résultats habituels après une supplémentation avec une préparation non liposomale (moyenne de 73 % contre 16 %), ce qui prouve l’absorption supérieure de la vitamine D liposomale.

Étude sur la vitamine C

 

PARTIE 1 : quelle quantité de vitamine C liposomale est absorbée par le sang d’une personne (biodisponibilité) ?

Alors que des doses élevées de vitamine C ordinaire en poudre ou en gélules seront rejetées à un taux élevé par votre organisme, la vitamine C liposomale est une alternative fantastique.

La figure 1 montre que, par rapport à l’ingestion « normale » de vitamine C (dose unique de 4 g), l’ingestion de vitamine C liposomale (également 4 g) entraîne des concentrations circulantes de vitamine C sensiblement plus élevées.  Les liposomes facilitent donc l’administration de la vitamine C dans le sang. 

Vitamin C Study

PARTIE 2 : que fait la vitamine C une fois dans le sang (efficacité) ?

L’étape suivante de l’étude consiste à déterminer si la concentration en vitamine C est significative.  À cet égard, une étude d’ischémie-reperfusion a été réalisée.  L’ischémie décrit tout tissu qui a été privé de sang et d’oxygène.

La reperfusion se produit lorsque l’approvisionnement en sang et en oxygène est rétabli.  Malheureusement, la reperfusion peut provoquer un stress oxydatif massif sur votre système cardiovasculaire, car l’oxygène interagit avec les métabolites produits par les tissus privés d’oxygène.  Selon la ligne bleue du diagramme, le stress oxydatif a été réduit même pendant le stress oxydatif accru de la reperfusion. 3

Étude sur le glutathion

 

Une étude démontre que la supplémentation orale en glutathion liposomal augmente les réserves corporelles de glutathion et les marqueurs de la fonction immunitaire.

Résumé (de Pub Med)

Contexte/objectifs : Le glutathion (GSH) est l’antioxydant endogène le plus abondant et un régulateur critique du stress oxydatif. Le maintien de niveaux optimaux de GSH dans les tissus peut constituer une stratégie importante pour la prévention des maladies liées au stress oxydatif. Nous avons cherché à savoir si l’administration orale de GSH liposomal est efficace pour augmenter les niveaux de GSH in vivo.

Sujets/méthodes : Une étude clinique pilote d’un mois sur l’administration orale de GSH liposomal à deux doses (500 et 1000 mg de GSH par jour) a été menée chez des adultes en bonne santé. Les niveaux de GSH dans le sang total, les érythrocytes, le plasma et les cellules mononucléaires du sang périphérique (PBMC)* ont été évalués chez 12 sujets au départ et après 1, 2 et 4 semaines d’administration de GSH.4

* PBMC signifie cellules mononucléaires du sang périphérique. Les PBMC sont une variété de cellules immunitaires spécialisées qui travaillent ensemble pour protéger notre corps contre les agents pathogènes dangereux. Leur localisation dans le sang périphérique est importante car elles agissent comme une ligne de défense contre les infections et les maladies.

Résultats : Les niveaux de GSH étaient élevés après 1 semaine, avec des augmentations maximales de 40% dans le sang total, 25% dans les érythrocytes, 28% dans le plasma et 100% dans les PBMCs après 2 semaines (P<0,05). L’augmentation du GSH s’est accompagnée d’une réduction des biomarqueurs du stress oxydatif, notamment d’une diminution de 35 % du 8-isoprostane plasmatique et de 20 % du ratio GSH oxydé/réduit (P<0,05). Des améliorations des marqueurs de la fonction immunitaire ont été observées lors de l’administration de GSH liposomal, notamment la cytotoxicité des cellules Natural Killer (NK), qui a été augmentée jusqu’à 400 % après 2 semaines (P<0,05), et la prolifération des lymphocytes, qui a été augmentée jusqu’à 60 % après 2 semaines (P<0,05). Dans l’ensemble, aucune différence n’a été observée entre les groupes de dose, mais la puissance statistique était limitée en raison de la petite taille de l’échantillon dans cette étude.

Conclusions : Collectivement, ces résultats préliminaires confirment l’efficacité de l’administration quotidienne de GSH liposomal pour augmenter les réserves de GSH et avoir un impact sur la fonction immunitaire et les niveaux de stress oxydatif.

RÉFÉRENCES

  1. Akbarzadeh A, Rezaei-Sadabady R, Davaran S, et al. Liposome: classification, preparation, and applications. Nanoscale Res Lett. 2013;8(1):102. Published 2013 Feb 22. doi:10.1186/1556-276X-8-102.

2. Singh, Namita & Kushwaha, Poonam & Ahmad, Usama & Abdullah, Mohammad. (2019). Proliposomes: An Approach for the Development of Stable Liposome. Ars Pharmaceutica. 60. 231-240. 10.30827/ars.v60i4.8517.

3. Davis, J. L., Paris, H. L., Beals, J. W., Binns, S. E., Giordano, G. R., Scalzo, R. L., Schweder, M. M., Blair, E., & Bell, C. (2016). Liposomal-encapsulated Ascorbic Acid: Influence on Vitamin C Bioavailability and Capacity to Protect Against Ischemia-Reperfusion Injury. Nutrition and metabolic insights9, 25–30. https://doi.org/10.4137/NMI.S39764.

4. Sinha R, Sinha I, Calcagnotto A, Trushin N, Haley JS, Schell TD, Richie JP Jr. Oral supplementation with liposomal glutathione elevates body stores of glutathione and markers of immune function. Eur J Clin Nutr. 2018 Jan;72(1):105-111. doi: 10.1038/ejcn.2017.132. Epub 2017 Aug 30. PMID: 28853742; PMCID: PMC6389332.

CONTACTEZ-NOUS